Les règles changent !

Les règles changent !

Il y a quelques jours, l’Ecosse a décrété la gratuité des protections menstruelles pour tous, une loi révolutionnaire que les 121 membres du parlement écossais ont approuvée à l’unanimité. “Nous sommes tous d’accord pour dire que personne ne devrait avoir à s’inquiéter de ses prochaines protections périodiques“, a déclaré au Parlement la députée travailliste à l’origine de la proposition de loi, et qui a été soutenue par une large coalition de syndicats, d’organisations de femmes et d’associations caritatives.

Désormais, quiconque dans le pays ayant besoin de ces protections doit pouvoir les obtenir gratuitement, elles seront mises à disposition dans les pharmacies, les organismes publics, les écoles, lycées et universités, mais aussi les entreprises.

La directrice générale de l’organisation caritative Plan International UK, a salué le rôle “pionnier” de l’Ecosse et l’importance de cette loi pour lutter: le “coût des protections hygiéniques”, le “manque d’éducation” et la “stigmatisation et la honte liée aux règles”, le typique de la précarité menstruelle partout dans le monde.

Au moment où l’Ecosse envoie ce signal fort au reste du monde, les femmes de nombreux pays luttent contre la « taxe tampon » qui fait des protections hygiéniques un produit de luxe.

Si en France, le Sénat a accepté de baisser la TVA sur les tampons et autres protections hygiéniques, le combat est loin d’être fini. Selon le ministère de la Santé, ce serait près de 2 millions de femmes françaises qui seraient victimes de précarité menstruelle. Cette année, à l’occasion de la journée internationale de l’hygiène menstruelle, des femmes du gouvernement ont pris la parole engager des mesures, et briser « deux tabous: les règles des femmes et la pauvreté ».

Depuis la rentrée de septembre, la distribution gratuite de protections hygiéniques est expérimentée dans plusieurs collèges et lycées, ainsi qu’auprès des femmes en situation de précarité.

Leave a Reply

Your email address will not be published.