Petits contes de la vie ordinaire.

Petits contes de la vie ordinaire.

Il n’y a pas que dans les contes de fée que l’on trouve les jolies histoires, elles sont parfois le fruit d’une belle rencontre, et d’un élan de solidarité.

Alors que les USA sont gravement touchés par la crise sanitaire mondiale, de nombreux américains se sont retrouvés sans emploi, dans des situations de grande précarité. C’était le cas de Lashenda, une jeune femme du Tennesse, qui suite à la perte sa maison et ses deux emplois, avait fini par vivre et dormir dans sa voiture, sur le parking d’un supermarché de Nashville.

Une situation difficile qui lui a pourtant porté chance, puisque c’est ce même supermarché qui a finalement décidé de l’embaucher. En effet, elle finit par être remarquée par la directrice du magasin, qui décide de lui tendre la main : elle l’aide à refaire son CV, et la fait participer à un forum de l’emploi organisé au sein du magasin, où elle a retrouvé un travail.

« Quand (elle) a dit : « Tu es embauchée », je me suis effondrée dans ses bras. Je suis toujours tellement émue… Quand elle a fait ça, ça a changé ma vie. Ce jour-là, je lui ai promis que je travaillerais dur tous les jours. »

Et en seulement quelques semaines, Lashenda a été promue de caissière à temps partiel à collaboratrice à plein-temps, ce qui lui a permis de rapidement retrouver un logement.

Une autre histoire similaire est arrivée il y a quelques jours en France, à Nice. C’est celle de Ion-Nelu dit « Jojo », sans domicile fixe depuis plus de 4 ans, ayant trouvé un abri de fortune dans le parking souterrain du Théâtre National de Nice, et qui avait pourtant versé toutes ses économies (une centaine d’euros) aux familles sinistrées par la tempête Alex qui avait provoqué de fortes intempéries dans le Sud-Est, notamment dans les Alpes-Maritimes. Ce geste de générosité qui avait ému les habitants et les élus, lui a valu d’être récompensé par la Ville de Nice qui lui a offert un contrat de travail au sein du service propreté de la métropole.

Le 30 novembre, le maire a accueilli «le sans-domicile stable au grand cœur» en lui faisant signer son document d’embauche, et en lui donnant sa veste d’agent du service de propreté, un grand moment d’émotion pour Jojo qui n’a pas pu s’empêcher de verser une larme au moment de la signature de ce contrat de la deuxième chance.

Leave a Reply

Your email address will not be published.